Trouver sa vraie place dans ce monde

Pourquoi rien ne va jamais?
Pourquoi je ne sais pas vivre sans me sacrifier?
Comment changer les choses pour pouvoir vivre sereinement enfin?
Dans cette vidéo je vous propose de creuser la piste.





La transcription écrite de la vidéo est dessous.
Plein de Lumière!
Mao


Transcription écrite :
Trouver sa place ou prendre sa place ? Être reconnu, s'affirmer ou se sacrifier ?
Il y a ceux qui réclament, qui demandent encore et encore affection, amour, attention. Ceux qui ne parviennent jamais à trouver la paix, la plénitude. L'éternel manque les tenaille et ils l'expriment par leurs attitude, par leurs maux du corps, par leurs échecs, leur malheurs qui demandent à ceux qui les connaissent de les porter à bout de bras parfois, de les rassurer, de les accompagner, de les positiver.
Pour quoi faire ? Ils retombent encore et encore. Ils semblent même attirer la poisse. Mais comment pourraient ils vivre si tout allait bien ?
Ils seraient perdus tout simplement. Parce qu’ils ne savent pas ce que veut dire être apaisé. Pour eux, il n'y a pas de droit au bonheur. Alors si un morceau de leur vie va, ils vont par leur énergie, sans le vouloir bien sur, démolir un autre pan.

Il y a ceux qui se sacrifient, et qui pourraient le faire éternellement. Ceux qui ne s'accordent pas le droit à avoir plus que l'autre et même pas autant que l'autre. Ceux qui croient que le mot ego est un mot affreux et qui surtout ne veulent pas être « dans l'ego », l'expression magique qui veut tout dire et qui ne dit rien à la fois. En tout ça qui n'autorise rien. Ceux là ne s'affirment pas, ils ne réclament pas, ils subissent, et ils vont jusqu'à offrir encore et encore à l'autre, au delà de leur limites mêmes.
J’ai fait partie de ceux-là. Et comme tous ceux qui trempent encore dans cette marmite acide là, je ne le voyais pas.

Pourquoi on ne parvient pas à sortir de ces cercles infernaux là ? Parce que notre image de nous est faussée. Parce que nous sommes incapables de nous voir telles que nous sommes. Encore une fois parce que nous n’avons pas conscience de notre valeur et de nos possibles

Par quel bout prendre le problème ? C’est parce qu'il n'est pas facile à trouver que la plupart pataugent parfois toutes leurs vies. C'est aussi pour cela que les prétendues thérapies fleurissent, que les livres sur les positive attitude font tant recettes.

Il ne suffit pas de trouver une méthode Coué, de se dire et redire pour que ça fonctionne. Il faut aller là encore à la recherche de soi même. Prendre d'abord conscience de tous ses réflexes, ceux qui montre le conditionnement à ne pas reconnaître sa valeur personnelle.

Quelle personne êtes vous ? Celle à qui il arrive toujours quelque chose de négatif ? Celle qui se dit que définitivement « elle n'a pas le droit au bonheur ? » ou à l'aisance ou à tout ce que vous voulez qui compose une vie paisible ? Celle qui pense qu'elle doit redonner, se sacrifier même si elle ne met pas ce mot sur ses actes qui eux le disent. Parce que se passer en deuxième position systématiquement, s'oublier, c'est se sacrifier et aucune théorie sur « la noblesse de l’âme » ne changera la donne.

La réponse à votre comportement est dans l’enfance, dans la construction de l’édifice que vous êtes.
Avez vous ressenti à un moment la sensation du manque ? L'impression que vous ne seriez jamais à la hauteur de l'attente, même très gentille d'un de vos parents ? Que vous ne pouviez pas attirer leur regard positif sur vous ? Que vous étiez nul en somme ? Si oui, vous avez de très forts risques d'avoir développé un éternel besoin de confirmation, de reconnaissance, mais quoi que l'on fasse en face de vous, vous vous trouverez un défaut, vous ne parviendrez pas à « en sortir », vous êtes celui qui a toujours ce pan de vie qui ne va pas.

Avez vous cherché à faire plaisir lorsque vous étiez enfant ? Cherchant la récompense qui est l'amour des siens en étant presque parfait ? En essayant de répondre la aussi à une attente, et en faisant tout pour. Si oui, vous avez très probablement développé le goût du sacrifice, de la modestie à outrance, de l'humilité. Vous avez toutes les qualités pour finir martyr. Mais le martyr n'a jamais apporté le bonheur.

Notre comportement face à la vie, ce qui nous arrive, nous y contribuons énormément. Par l'énergie que nous propageons autour de nous. Quelle énergie positive peut on irradier lorsqu'on ne croit pas en soi ? Et l'énergie que l'on dégage attire l'énergie extérieure. Vous connaissez cette croyance « la chance attire la chance ? » c'est la même chose. Lorsque l'on croit en soi, en sa valeur, en sa vie, les choses se réalisent. Lorsqu'on y croit vraiment. Pas lorsque l'on se dit « il faut que j'y crois ».

La différence est dans la Foi en soi. Se pousser pour y croire est une chose, y croire réellement en est une autre. Et pour changer la donne, il faut changer la machine, la pensée, la perception, vous.
Pour vous changer, il faut comprendre, il faut pouvoir démonter le mécanisme grippé, démonter le puzzle faussé et le remonter correctement.

Et pour voir là où ça bloque, il n'y a rien de tel que d'observer vos comportements dans la vie, vos phrases aussi. Échanger avec une personne, l'entendre parler de la manière dont elle gère un problème, une situation difficile est le meilleur moyen de pointer les attitudes réflexes. C'est ce que je fais à chaque fois que je travaille en développement personnel. Mettre à jour les mécanismes ancrés en parlant du quotidien. Parce que l'humain a besoin de voir pour croire. Il a besoin qu'on lui montre les choses. L'humain blessé au plus profond de son être est un enfant qui a besoin qu'on lui prenne la main et qu'on lui déchiffre le mot sur le tableau de sa vie.

Ce n'est pas si difficile de progresser, de s'en sortir, de trouver le chemin du bonheur en soi. Ça demande de vouloir et d'oser. Et bien sur de trouver le bon interlocuteur pour le faire. Il y en a. Un bon thérapeute ne vous enrobe pas de phrases positives que l'on peut trouver dans tous les best sellers du domaine. Un bon thérapeute vous écoute, il ne vous demande pas de vous torturer pour parler du passé lointain. Il vous écoute parler de votre souci d'aujourd'hui. Et c'est dans vos mots, dans vos actes qu'il diagnostique ce qui bloque et qui est profond, c'est certain.

Après, il peut vous accompagner. Mais je crois au plus profond de moi, qu'on ne guide pas l'autre sur son chemin, on l'aide à le débroussailler, à le construire, c'est le sien et lui seul en est le maître.

Un jour, j'ai réussi à ne plus être victime. Parce que ce jour là, j'ai pu démonter les mécanismes profonds. Je n'ai pas cessé d'aider l'autre pour autant, c'est ma passion, mon métier. Je l'ai fait différemment . J'ai pris le recul qui est indispensable pour aider l'autre. Pour prendre ce recul, il faut ne plus être en prise avec les mêmes démons. La recette là aussi est simple. Le bon thérapeute l'a compris et appliqué.

Que vous ayez envie de me contacter, ou que vous alliez vers une autre personne, surtout, n'oubliez pas, vous pouvez être heureux, vous pouvez cesser de voir votre vie capoter à chaque fois que vous croyez en sortir, vous pouvez avancer en étant reconnu sans vous sacrifier. Parce que vous avez une valeur, réelle, profonde, qui que vous soyez, quoi que vous fassiez. Pour le découvrir, c'est simple comme un mail ou un coup de fil. Si le bonheur vous tente, osez.
Plein de Lumière !
Mao


Commentaires

Articles les plus consultés