Souffrance autiste

Parfois je voudrais être un oiseau pour voler très haut, libre, inatteignable, au dessus des nuages, mais lorsque j’en rêve, c’est parce que le cauchemar, lui est réalité, je suis un oiseau en cage. Un oiseau qui se frappe les ailes contre les barreaux de sa prison intérieure.

Enfermée dans sa grotte pour échapper à la souffrance sans raison, juste celle qui vous broie les tempes parce que le monde dehors existe et que vous ne savez que le regarder mais pas ouvrir la porte qui y mène.

Alors je voudrais hurler mais aucun son ne sort, parce que mon être ne sait plus parler, parce qu’il ne sait plus le son.

Je m’enferme dans la peur et le silence, dans cette danse étrange qui occille entre se terrer et s’enfuir, parce que tout ce qui vient de l’extérieur, du plus près au plus loin, me torture, provoque en moi l’indicible terreur.

Je ne sais pourquoi la crise est venue, je ne sais quand elle cessera. J’en attends la fin, cette libération qui me laissera épuisée sur la grève du monde, apte à nouveau à communiquer,à sortir du mutisme, sentir mon coeur cesser de battre sa terrible chamade.

Parfois je voudrais tant être un peu plus presque comme « tout le monde ». Ne plus savoir que jamais ce ne sera possible, parce que je suis née ainsi, Asperger, ce qui veut dire autiste.

Plein de Lumière !
Mao

Commentaires

Articles les plus consultés