Votre Résolution 2018 : Vivre !

Pour les personnes malentendantes et celles qui préfèrent lire, le texte est sous la vidéo.

Plein de Lumière!
Mao


Les débuts d’année sont, dit-on, le moment des bonnes résolutions. La vie parfois vous rappelle qu’il est bon d’en prendre et bien plus de s’y tenir.

Le père de mes enfants vient de faire un infarctus. Il a eu beaucoup de chance, les circonstances ont permis qu’il soit pris en charge avant la catastrophe. Ce qui s’est passé, la terrible inquiétude de mes enfants, le désarroi du plus jeune ne peuvent qu’appuyer sur la réflexion qui était déjà la mienne. 

Que fait on de notre vie ? Comment la vit on ? Comment voudrait on la vivre ?

Cette question je me la suis posée très jeune, en arrivant au quart de siècle. Fallait il bruler sa vie en la vivant à bout de souffle ou l’approfondir et prendre le temps d’avancer sur un chemin plus serein et plus profond ? J’ai choisi alors la deuxième voie.

Et aujourd’hui, je me retrouve devant ce choix de nouveau. Un choix que nous devrions tous faire, une question que nous devrions tous nous poser.

La vie c’est comme la route, est ce que j’appuie sur l’accélérateur persuadée que je vais perdre de précieuses minutes ou est ce que je me dis que quelques minutes n’ont pas tant d’importance et que je risque surtout d’y perdre ma vie ?

Pourquoi jeune faut il vivre à 2000 à l’heure ? La vie durera bien assez longtemps pour en savourer tous les recoins et si on commençait maintenant à les savourer plutôt que ne pas les voir passer ?

Pourquoi, à l’âge qui devrait être de raison, lorsque le cap du « senior » arrive, ne se pose t’on pas enfin un peu ? Pourquoi écoutons-nous toutes les mauvaises raisons qui nous poussent à nous suicider à petits ou grands feux ?

Bien sur, il faut travailler, bien sur il faut pouvoir subvenir aux besoins des notres, mère divorcée, j’en suis bien consciente. Mais ne nous laissons nous pas déborder par le mot « devoir » en oubliant le mot être ?

Pour beaucoup d’entre nous, hélas pas pour certains qui sont dans la survie totale, il y a quelque part des leviers à actionner pour baisser le rythme, prendre le temps du repos, ralentir le stress qui détruit les cellules de notre corps, cœur, cerveau, engendrant de plus en plus tôt dans les vies AVC ou infarctus.

Maladies du siècle ? Le siècle c’est nous. Le confort appelle le confort, l’argent appelle l’argent. De quoi pouvons nous nous passer ? Là aussi pour beaucoup d’entre  nous, il y a des réponses. Alors pourquoi continuons nous ainsi ? Pour posséder ? Posséder quoi ? Qu’y a-t-il de plus important que la vie ?

Personnellement, je vais continuer à travailler bien sur, mon métier est d’aider, on ne s’arrête pas comme ça. Mais je vais presser ma tête pour en sortir un moyen intelligent de concilier travail, charge de famille, buts associatifs si importants pour moi et repos, le tout chaque semaine.

Pas facile n’est ce pas ? Mais dire infaisable serait mentir, je le sais comme tout un chacun au fond de soi.

S’il y a une résolution à prendre, c’est stop au massacre de sa propre personne. Apprendre à se donner de l’importance, à écouter son corps qui dit aie, qui dit stop, écouter son cerveau qui dit stress, qui dit je ne parviens plus à penser. Apprendre à se poser pour poser son regard sur la nature, et apprendre d’elle le rythme de la vie.

La nature n’est pas lente, la nature est régulière, c’est cette régularité qui nous manque, car dans la régularité de la nature, il y a le temps du repos, indispensable. Oui, je peux ne pas faire cela, oui, je peux fermer les yeux sur ceci, oui, je peux être paresseux (paresseuse) et que cela me fasse du bien. Oui, je peux moins posséder mais que cela me suffise.

Si nous changions notre vie ? Pour que le monde change ? Car ce monde n’est que le reflet de notre vie, ce monde que nous avons, humains, fini par rendre inhumain.

Quand un médicament peut couter 750 000 euros parce qu’il soigne des choses rares et mortelles qui touchent des enfants, on peut se dire que ce monde est une hérésie. C’est choquant n’est ce pas?

A qui profite le crime ? A des tas de personnes qui ont mis de l’argent dans la recherche pour un jour obtenir le pactole. Je le sais, j’ai travaillé dans ce genre de laboratoires de recherche qui avaient derrière eux, tout un tas de petits épargnants-investisseurs avides d’être riches. Riches au prix de laisser mourir celui qui ne peut payer ?

Riche et tranquille, au point de laisser des humains mourir de froid en essayant de passer des frontières la nuit, en hiver, par les montagnes ? Parce que l’on a peur de partager ? Peur d’être envahis par quoi ? La misère de l’autre que l’on ne veut pas voir ?

Croit on vraiment que ce monde peut avancer ainsi ? Comment peut on s’accorder le moindre regard, la moindre clémence et ne pas se détruire puisque l’on est plus capable de voir que certains vont au-delà du supportable et y laissent leur vie pour un rêve d’avenir meilleur, une illusion qui ne restera que ce qu’elle est.

Nos illusions sont les mêmes, ne nous leurrons pas. Un demain meilleur, un demain assuré, une retraite confortable. Encore faudra t’il avoir le temps d’en profiter de la retraite. Je suis la fille d’un père mort à peine retraité, mort usé par le travail, pour assurer sa retraite justement.

La résolution de penser à vous, de réapprendre comme lorsque vous étiez enfant, à vivre pour vous, à un rythme humain, pour redevenir humain et vivre justement, prenez là, ainsi que toutes celles qui vous redonnent enfin votre place dans ce monde. Ce sont les seules résolutions qui comptent et qui entraîneront toutes les autres qui seront bonnes pour vous.

Je vous souhaite une année révolutionnaire dans votre vie, celle qui ouvrira la porte à la Vie, la vraie, la seule qui doit être.

Plein de Lumière !
Mao

Commentaires

Articles les plus consultés