Principessa d'Amore vient de s'envoler




Principessa d’Amore vient de s’envoler.

Notre Princesse-Vichnou est partie au pays où l’on ne souffre plus.
La maison est étrange, comme en suspens, comme si elle attendait son retour mais il ne sera pas, pas ici, pas maintenant.

Cette photo s'appelle "la gym selon Vichnou", toute une philosophie de vie de chatte sereine.

La photo te dit telle que tu étais, royale, souveraine, exigeante, sure de toi  et zen, si zen. Mais aussi gardienne et protectrice, toi qui savait si bien veiller celui qui était malade jusqu’à ce que la guérison soit là.

Il y aurait tant à dire de toi dont le départ nous déchire le cœur. Mais nous voir pleurer ne te plairait pas, ce n’était pas dans ton caractère, si fort. Tu froncerais le front et tes beaux yeux verts d’eau deviendraient sombres.

Alors, nous nous souviendrons de tes grattages intempestifs contre la porte de la cuisine à l’heure des repas « ouvrez moi manants ! », de ta gourmandise délicate qui s’était les derniers temps portée sur la brioche des petits déjeuners, de ton petit bidon rebondi, de ton calme olympien et de ton regard si majestueux. Tu n’étais pas seulement très belle, tu étais aussi exceptionnellement présente.

Tu as dit que tu reviendrais encore une fois remplir nos cœurs de ta présence, comme la petite chatonne que tu étais, identique à la vieille grand-mère partie quelques années plus tôt et qui est arrivée un jour de Noël, à la porte du jardin.

Nous t’attendrons encore à nouveau, le temps qu’il faudra cette fois ci aussi. Nous allons mettre en mode pause le souvenir de ta douceur et de ta patte de velours, pour que tu puisses le faire revivre un jour.

En attendant, va profiter des jardins du paradis, toi qui aimais tant courir dans la nature, dormir au creux de l’herbe douce de l’été. Oublie ce rein qui ne voulait plus rien savoir, oublie la douleur et l’épuisement, reprends tes forces et ton goût de la vie. Paddy d’Amour t’attend  surement pour tes premiers pas de l’autre coté du miroir.

Promis, nous t’attendrons à l’ombre d’un jardin, toi qui les aime tant. Ta petite maîtresse, devenue bien grande, sera là pour toi et d'autres longues années de bonheur ensemble. 

Au revoir Principessa d’Amore, Vichnou Boubou Marou, Poutinette, Boudinette, jolie petite Nénette, fais un très doux voyage là haut dans le ciel, on t’Aime très très fort.

Commentaires

Articles les plus consultés